Concevoir

L’imprégnation qui précède s’est accompagnée de l’élaboration jusque là secrète d’une vision des formes, des couleurs, des matières et des lumières qui vont matérialiser la réponse au cahier des charges. A ce stade, la connaissance des contraintes réglementaires et administratives est tout aussi importante que celle de la résistance des matériaux ou des règles de composition des volumes.
Toutes ces données, générales et particulières, sont alors combinées dans la mise en forme d’un projet qui, de la première esquisse au projet définitif, va progressivement préciser les contours puis les détails de la réalisation à venir.
Les moyens employés sont ici d’abord graphiques : depuis le simple crayonné jusqu’à l’image de synthèse, le seul critère de pertinence est la capacité à «faire voir» ce qui n’est pas encore et à en expliquer les raisons et le sens. C’est à ce stade que la part artistique du métier est la plus avérée, tant dans la création du projet lui-même que dans la capacité de le représenter et de le transmettre. Cette communication vers le client qui va «vivre dedans» se double de la mise en place des documents destinés aux entreprises qui vont réaliser. Les plans codifiés, les descriptifs, les contrats sont autant de balises qui encadrent au plus juste la marche à suivre et garantissent la conformité du résultat au projet validé.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *